Développez le sens auditif.

Montessori musique
Une clochette

Cet article fait suite à « aidons les dyslexiques » et à l’article sur le matériel sensoriel.

Je vais vous présenter deux matériels sensoriels permettant de développer le sens auditif des jeunes enfants et de déceler aussi tout problème éventuel qui pourrait handicaper l’enfant pour l’apprentissage de la lecture notamment.

Les boîtes à sons.
Les boîtes à sons.
  • Les boîtes de sons :

Ce matériel est constitué de deux boîtes (une au couvercle rouge et une au couvercle bleue) à l’intérieur desquelles on trouve 6 cylindres qui émettent des sons différents lorsqu’on les secoue. Les deux boîtes contiennent des cylindres de même son afin de permettre des mises en paires.

La première présentation :

– poser les deux boîtes devant l’enfant.

– ouvrir chaque boîte et déposer le couvercle à côté de la boîte.

Ecouter le son d'un cylindre.
Ecouter le son d’un cylindre.

– prendre un cylindre, le secouer pour faire écouter le son à l’enfant.

– le poser devant les deux boîtes, face à l’enfant.

– prendre un cylindre dans l’autre boîte et le faire écouter à l’enfant en lui demandant : « est-ce que c’est le même son que l’autre ? » – Il peut réécouter le 1er cylindre pour vérifier.

Si le son ne correspond pas, mettre le cylindre à côté de la boîte.
Si le son ne correspond pas, mettre le cylindre à côté de la boîte.

– si ce n’est pas le même son, on pose le deuxième cylindre à côté de sa boîte et on prend un autre cylindre dans cette même boîte pour la faire écouter à l’enfant jusqu’à ce qu’il trouve le son identique à celui du premier cylindre.

Les sons sont identiques : on les met en paire.
Les sons sont identiques : on les met en paire.

– lorsque l’enfant trouve que le son est identique, on pose le cylindre à la gauche du 1er.

– on replace ensuite tous les cylindres qui n’avaient pas le bon son dans leur boîte.

Mise en paire suivante.
Mise en paire suivante.

– on reprend un autre cylindre qu’on écoute et on le pose en dessous de la 1ère paire en alignant bien les cylindres de la même couleur.

– on prend un cylindre dans la seconde boîte et on écoute le son et ceci jusqu’à ce que les deux boîtes soient vides.

Toutes les mises en paire sont réalisées.
Toutes les mises en paire sont réalisées.

– ensuite on propose à l’enfant de vérifier : on lui fait écouter chaque paire pour vérifier que les sons sont bien identiques. S’il trouve une erreur, il essaie de la corriger. Sinon l’exercice est terminé.

– les sons sont souvent très proches, il est donc bien que l’éducatrice trouve un moyen pour permettre l’auto-correction indispensable dans les classes Montessori. Un moyen facile est de coller des gommettes de la même couleur sous les cylindres produisant le même son.

Deuxième présentation :

– On ne prend qu’une boîte de cylindres à sons.

– La poser devant l’enfant.

Sortir tous les cylindres.
Sortir tous les cylindres.

– Sortir tous les cylindres.

– Indiquer à l’enfant : « on va les ranger du son le plus grave au plus aigu »

On les range du plus grave au plus aigu.
On les range du plus grave au plus aigu.

– Lui faire écouter un cylindre et le poser sur la table.

– En faire écouter un autre et lui demander : « est-ce plus grave ou plus aigu ? » En fonction de la réponse de l’enfant. Le placer à gauche du premier si le son est plus grave et à droite si le son est plus aigu.

– Continuer ainsi.

On vérifie en écoutant chaque cylindre.
On vérifie en écoutant chaque cylindre.

– A la fin de l’exercice, vérifier que les cylindres sont bien rangés du plus grave au plus aigu.

– Si l’enfant souligne une erreur, le laisser ranger correctement.

– Penser encore une fois à l’autocorrection : sur les gommettes de couleur placés sous le cylindre, noter des numéros de 1 à 6.

Ainsi l’enfant a appris le vocabulaire :  les sons « aigus », « graves ».

  • Les clochettes Montessori
Les deux jeux de clochettes Montessori.
Les deux jeux de clochettes Montessori.

Un autre matériel très intéressant pour développer le sens auditif de l’enfant, ce sont les clochettes Montessori.

La tenue de la baguette.
La tenue de la baguette.

Il est très important d’apprendre en priorité à l’enfant à tenir la baguette : la tenir entre le pouce, l’index et le majeur exactement comme on tient le crayon.

Nous poursuivons alors le but indirect de la préparation à l’écriture.

Ensuite il faut apprendre à l’enfant la façon de toucher la clochette avec la baguette. Il doit juste l’effleurer de bas en haut en faisant comme s’il accompagnait le son qui s’envole vers le haut. Il ne doit surtout pas appuyer fort sur la clochette.

Le son est comme un oiseau qui s’envole vers le ciel et la main suit son chemin.

La mise en paire des sons identiques.
La mise en paire des sons identiques.

Ensuite les premières présentations sont les mêmes que celles des boîtes à sons. D’abord la mise en paire et ensuite on range les clochettes du son le plus grave vers le son le plus aigu.

Toujours la mise en paire.
Toujours la mise en paire.

Les jeux de mises en paire peuvent tout à fait être réalisés avec plusieurs enfants. On appelle cela « le jeux des jumeaux ». On met les enfants en cercle (autant d’enfants que de clochettes). Chaque enfant prend une clochette dans sa main bien posée sur la paume de sa main. Un enfant se met au centre du cercle et joue de sa clochette.

Il passe ensuite la baguette aux autres enfants qui font sonner leur clochette à leur tour. Un des enfants du cercle doit reconnaître le son identique à la clochette de celui placé au centre. On dit : « tu cherches ton jumeau ». Une fois qu’ils se sont trouvés, ils sortent du cercle et regardent les autres faire la même chose.

Les ranger de la plus grave à la plus aigue.
Les ranger de la plus grave à la plus aigue.

Un autre jeu consiste avec un des ensembles de clochettes à faire composer à un des enfants un petit morceau avec sa baguette et les autres doivent reproduire le même air. Au début on leur fait composer un air très court puis de plus en plus long.

Cela peut également être l’adulte qui compose un morceau et le fait reproduire aux enfants.

L’adulte peut aussi choisir deux clochettes : celle la plus grave et celle la plus aigue. Les enfants se retournent, on leur demande de mettre les bras vers le bas quand la clochette grave tinte et vers le haut quand l’aigue tinte.

Ensuite on peut introduire une note du milieu et les enfants mettent les bras à l’horizontale quand elle tinte.

Puis on peut leur enseigner le nom des notes. On prépare des petits cartons individuels sur lesquels on trace la note sur une portée musicale à la bonne place. On place ensuite chaque petit carton devant la clochette correspondante. On fait tinter la clochette en chantant le nom de la note. Ainsi l’enfant visualise l’emplacement de la note sur la portée musicale et le son qui lui correspond.

Et ainsi on peut faire des jeux : d’abord l’enfant fait tinter la sonnette et doit placer son nom en dessous (on va alors du concret vers l’abstrait comme toujours dans la pédagogie Montessori) puis on fait l’inverse l’enfant prend un carton avec le nom de la note et il le place sous la clochette correspondant.

Même chose pour la composition de morceau : il compose des morceaux avec les clochettes, puis avec les cartons des notes en écoutant ensuite si ce qu’il a composé est harmonieux .

J’espère que ces quelques exercices vous aideront à bien développer le sens auditif de votre jeune enfant. N’oubliez surtout pas de lui faire écouter tous les types de musique, de lui parler des compositeurs, de chanter avec lui, etc…

Sylvie d’Esclaibes


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s